Mon enfant se comporte-t-il tout à coup différemment ?

Résumé de l’étude de Luzius Mader

Quel était l’objectif de notre étude ?
Le diagnostic de cancer infantile et le traitement éprouvant sont un défi majeur pour les enfants et leurs familles. Les enfants en ressentent souvent les conséquences des années plus tard. Nous voulions savoir s’ils modifiaient également leur comportement. Pour ce faire, nous avons interrogé leurs parents sur les troubles du comportement, comme par exemple l’hyperactivité, les problèmes émotionnels ou les problèmes dans les relations avec les pairs. Nous avons ensuite comparé les résultats avec ceux d’enfants en bonne santé. Nous avons également examiné si les séquelles physiques influençaient le comportement des enfants atteints de cancer. Ces séquelles sont par exemple des problèmes cardiaques, des maladies pulmonaires, des pertes d’audition ou des problèmes hormonaux.

Pourquoi est-ce important ?
Les problèmes de comportement peuvent avoir un impact négatif sur de nombreux aspects de la vie. Il est important de savoir si le cancer change le comportement des enfants. Les parents et les enfants concernés peuvent ainsi être soutenus, par exemple par une thérapie ciblée ou un suivi psychologique.

Qu’avons-nous fait exactement dans notre étude ?
En Suisse, il y a beaucoup de parents d’enfants qui ont survécu au cancer. Nous avons cherché à savoir lesquels de ces enfants avaient maintenant entre 5 et 15 ans. Nous avons envoyé un questionnaire à leurs parents. 756 parents l’ont rempli. Nous avons comparé les réponses avec celles des parents d’enfants n’ayant pas eu de cancer. Nous avons également posé aux parents d’enfants ayant survécu à un cancer des questions sur les éventuelles conséquences tardives.

Qu’avons-nous découvert et comment le classons-nous ?
Notre étude a heureusement montré que peu de survivants du cancer de l’enfant présentent des troubles du comportement. Par rapport aux enfants non atteints de cancer, les survivants du cancer de l’enfant ont toutefois plus souvent des problèmes émotionnels et des problèmes dans leurs relations avec les autres, par exemple avec leurs amis. C’était surtout le cas chez les survivants du cancer de l’enfant ayant des séquelles physiques. Cette étude le montre à nouveau : un suivi à grande échelle est très important. Les soins médicaux ne sont qu’un aspect. Les enfants ont également besoin d’un soutien émotionnel et social. Ils peuvent alors, ainsi que leurs familles, profiter de la vie autant que possible.

Pour plus d’informations : www.swiss-ccss.ch

Référence: Mader L, Sláma T, Schindera C, Rössler J, von der Weid NX, Belle FN, Kuehni CE. Social, emotional, and behavioral functioning in young childhood cancer survivors with chronic health conditions. Pediatric & Blood Cancer. 2022. e29756. DOI: 10.1002/pbc.29756.

Voici notre étude complète (en anglais) : link

Contact:

Dr. Luzius Mader (luzius.mader@ispm.unibe.ch)

Prof. Claudia E Kuehni (claudia.kuehni@ispm.unibe.ch)